L'État de justice (France, XIIIe-XXe siècle), Tome II : L'emprise contemporaine des juges, par Jacques Krynen
16 février 2012
La justice fait bien plus que trancher les procès, la voici gardienne des valeurs de la République et de la démocratie. Plus rien ni personne n'échappe à ses interventions, à ses sanctions.

Cette emprise de la magistrature sur la marche du pouvoir est un phénomène décelable dès le Moyen Age et qui s'amplifie sous l'Ancien Régime, avait montré Jacques Krynen dans un premier volume. Si elle a été combattue par la réforme des institutions, des formes et des procédures judiciaires sous la Révolution, ce fut sans lendemain, ajoute-t-il dans ce second. Au XIXe siècle, les juges ont recommencé d'affirmer un savoir et une conscience professionnels non réductibles aux décisions du pouvoir politique. Dans tous les domaines de la vie privée et publique, la France est redevenue, au XXe siècle, sous les auspices de l'" Etat de droit ", l'Etat de justice qu'elle avait été sous la monarchie. Comment et pourquoi en est-elle revenue là ? Comment est-ce compatible avec le dogme démocratique ?

Jacques KRYNEN, L'Etat de justice, France XIIIe-XXe. Tome II : L'emprise contemporaine des juges, Paris, Gallimard, 2012, Bibliothèque des Histoires, 432 p.


Partager cette actualité
Twitter Facebook Google + Pinterest